Accueil » Parrainer vos proches » En savoir plus sur le parrainage

En savoir plus sur le parrainage

Combien de personnes peut-on parrainer ?

L’adhésion se réalise par groupe de 7 personnes et il existe un montant unique de contribution : 30 euros pour un groupe. Ainsi, que le donateur choisisse de parrainer d’une à sept personnes, le montant forfaitaire de 30 euros reste inchangé.

Il n’est pas toujours aisé pour le donateur de se procurer, auprès des proches restés au pays, les informations nécessaires (noms,…) quant aux 7 bénéficiaires. Pour la complétion de la fiche d’inscription, il n’est pas obligatoire d’avoir déjà 7 bénéficiaires : la liste des bénéficiaires peut être complétée au fur et à mesure. Chaque bénéficiaire ajouté sur la liste devra effectuer une période de stage de trois mois avant d’avoir un accès gratuit aux soins de santé. De plus, si le donateur le souhaite, il peut confier à une personne titulaire sur place le soin de compléter la liste des bénéficiaires.

Un donateur peut parrainer plusieurs groupes, en fonction du nombre de bénéficiaires qu’il souhaite couvrir à Kinshasa. Par ailleurs pour des raisons familiales, un donateur peut choisir de parrainer deux groupes au lieu d’un et ce, même si chacun des groupes pris séparément n’atteint pas 7 bénéficiaires. En effet, une situation de tension trop importante peut survenir lorsque les deux personnes d’un couple de la diaspora décident de faire adhérer leur famille respective au sein d’un même groupe. Le conflit entre les familles sur place aboutit, alors, à la séparation en deux groupes distincts de bénéficiaires (un par le mari et l’autre par la femme) :

  • Anne-Marie MAMBOMBE, Secrétaire Exécutive de Solidarco-RDC a déjà rencontré cette situation dans sa gestion des bénéficiaires : « Un couple de donateur a séparé, en deux groupes, son adhésion suite à des problèmes avec la famille : un groupe pour le mari et un groupe pour la femme, comme ça ils sont tranquilles ».

Quelles sont les conditions pour le parrainage ?

Afin de garantir le fonctionnement de Solidarco et sa pérennité, des conditions ont été définies dans les « Statuts » de Solidarco : elles guident sa gestion journalière. Aucun donateur ni bénéficiaire ne peut y déroger.

Conditions d’adhésion et de suivi de l’adhésion pour les donateurs

Contribution et modalité de paiement de la contribution

La contribution est le montant financier versé mensuellement par le donateur en vue de permettre l’accès aux soins aux bénéficiaires qu’il a désignés.

La contribution doit être payée par ordre permanent, ordre donné à la banque du donateur. Pour les habitants kinois ou les organisations implantées en RDC, il est possible de payer la contribution directement auprès de l’organisation à Kinshasa, Solidarco-RDC.

La contribution doit parvenir à Solidarco le 10 de chaque mois. Elle n’est pas remboursable.

Suspension du droit aux soins

Si le donateur interrompt le versement de sa contribution, et cela quelle qu’en soit la raison, le droit aux soins des bénéficiaires qu’il a désigné est suspendu, et les bénéficiaires ne sont plus repris sur les listes transmises aux centres de santé.

La suspension s’applique pour une interruption de versement inférieure ou égale à deux mois. Au cas où cette interruption se prolonge au-delà de ce terme, il est mis fin immédiatement au droit aux soins des bénéficiaires.

Fin du droit aux soins

Le droit aux soins des 7 bénéficiaires prend fin en cas d’interruption du paiement de la contribution supérieure à deux mois. Les bénéficiaires peuvent à nouveau avoir droit aux soins s’il y a reprise de la contribution, et moyennant un nouveau stage (stage « général » et stage « spécifique »).

Modification de la composition du groupe des bénéficiaires

Le donateur peut modifier la composition de son groupe de bénéficiaires : par « modification », nous entendons la désinscription voire le décès d’un bénéficiaire qui est à remplacer. Toute personne remplaçant une autre sur la liste devra effectuer la période de stage de trois mois avant de pouvoir avoir accès aux soins de santé : cette obligation vise à éviter les comportements opportunistes qui consisteraient à remplacer les personnes sur la liste des bénéficiaires en fonction de leur état de santé. En effet, par la sélection adverse qu’ils génèreraient, de tels comportements nuiraient à la durabilité de Solidarco.

En cas de naissance d’un enfant à charge d’un bénéficiaire, celui-ci peut être « temporairement » (c’est-à-dire les premiers jours suivant sa naissance) repris sur la liste des bénéficiaires ; cette situation doit être immédiatement signalée. Par la suite, l’enfant doit être ajouté à la liste des bénéficiaires : si le nombre de 7 bénéficiaires est atteint et aucun « remplacement » n’est prévu, une nouvelle liste va être créée avec l’accord du donateur. Cette nouvelle liste sera prise en charge par le donateur. Il est important de signaler que l’enfant né d’un bénéficiaire et parrainé par un donateur est exempté de toute période de stage : il peut directement avoir accès aux soins.

Conditions d’accès aux soins pour les bénéficiaires

Les bénéficiaires peuvent accéder gratuitement aux soins de santé couverts, sous les conditions suivantes :

  • Avoir bénéficié de la contribution de leur donateur depuis au moins trois mois (période de stage pour la grande majorité des prestations) ;
  • Avoir effectué les formalités d’inscription à Kinshasa via leur « titulaire », qui aura acquitté le droit d’adhésion ;
  • Être en possession de la « carte de bénéficiaire » ;
  • Respecter les étapes de la prise en charge conformément à la pyramide, échelonnement, des soins (1ère ligne, 2ème ligne, 3ème ligne).

La période de stage : stage général de trois mois et stage spécifique de six mois

Le stage général est la période de trois mois qui suit le paiement de la première contribution, durant laquelle le donateur verse sa contribution sans que les bénéficiaires aient droit aux soins.

Le droit aux soins est ouvert à partir du premier jour du mois qui suit cette période, sauf pour certains soins « lourds » (principalement, les opérations de moyenne chirurgie), qui font l’objet d’un stage spécifique de six mois. En effet, le stage spécifique prolonge de trois mois le stage général : durant cette période de six mois, Solidarco n’intervient pas encore dans le coût des soins lourds.

Cette période de stage (stage « général » et stage « spécifique ») est obligatoire : il n’est pas possible de la raccourcir. Elle répond à une triple finalité :

  1. Constituer une période intermédiaire pour préparer l’accès aux soins de vos proches (contact des bénéficiaires, élaboration des « cartes de bénéficiaires », choix des centres de santé comme « première ligne »,…) ;
  2. Éviter les attitudes opportunistes et promouvoir le principe de la prévoyance : sans une telle période de stage, des membres de la diaspora congolaise, sollicités par leurs proches, pour une urgence, souscrirait à Solidarco afin de leur permettre se faire soigner gratuitement. Dès les soins reçus, ils arrêteraient leurs contribution et la viabilité de Solidarco serait, ainsi, compromise ;
  3. Assurer la durabilité de Solidarco et une sécurité à ses donateurs par la constitution d’un Fonds de réserve.

La désignation d’un titulaire

Le titulaire est la personne désignée par le donateur comme intermédiaire des bénéficiaires auprès de Solidarco-RDC, notamment pour l’établissement des formalités d’inscription à Kinshasa et le paiement du droit d’adhésion. Le titulaire est un des bénéficiaires choisis par le donateur.

N.B. Le titulaire pourrait être comparé à la « PRAM » auprès des mutualités belges, c’est-à-dire la Personne Responsable des Affaires Mutualistes ou, plus simplement dit, la personne « qui se rend au guichet » ou qui a les contacts les plus réguliers avec la mutualité. S’il ne dispose pas de toutes les informations, le donateur peut confier au titulaire la tâche de compléter la liste des bénéficiaires.

Le droit d’adhésion

Le droit d’adhésion est un droit unique : il ne devra être payé qu’une seule fois. Son montant est de 5$ par groupe de bénéficiaires. Il couvre les formalités administratives d’adhésion et le coût des « cartes de bénéficiaires ». Il est acquitté par le titulaire à Kinshasa. Ce droit n’est pas remboursable.

Sanction en cas de fraude

Les bénéficiaires qui se sont rendus coupables de fraude sont exclus immédiatement par Solidarco : • Ils ne pourront plus avoir accès aux soins. Un exemple de fraude est la « fraude à l’identification » : il s’agit d’actes de fraude commis au moment ou à l’occasion de l’identification d’un bénéficiaire. Elle peut être constituée par un faux et usage de faux, un faux en écriture, une fausse déclaration, etc.